Hardt and Shoot sur Instagram...

Parce qu'on arrête pas le progrès, H&S rejoint donc le réseau social Instagram. 
Une petite révolution pour moi puisque j'ai du même coup, laissé la porte grande ouverte (identifiants etc...) à 6 personnes qui maitrisent parfaitement cet outil.
Ils ont répondu présent pour la micro-réunion organisée sur le sujet, ils étaient pleins d'idées, pleins d'engouements, pleins de fraicheur et ça fait du bien !
Pourquoi ?
C'est très simple : Toucher plus de monde.
-Aujourd'hui, les personnes de + de 40 ans se connectent directement au site et lisent les articles en entier.
-Ente 25 et 40 ans : Facebook est un réseau obligatoire, tu vois un article sur la page, le titre te plait tu cliques, sinon tant-pis...
-Tu as moins de 25 ans : " Insta " c'est une évidence ! (voir Snap, mais bon on peut pas être partout), Facebook c'est pour les personnes agées, vive les stories, les sondages, l'effet boomerang etc...^^. 
Que tout le monde se rassure : le fonctionnement de ce blog restera quasiment le même :
-Un site.
-Une page Facebook pour partager les articles du site (et autres...)
-Et donc un compte Instagram, relié à la page Facebook. 
Réaliser des " Stories " les soirs de matchs dans la Hardt (voir en déplacement) sera la principale activité des " Hardt-and-Shooters " ! Armés de leur smartphone ils vous feront vivre les rencontres du week-end en partageant des photos/vidéos tout en relayant l'évolution des scores. 
Ces " Stories " seront aussi visibles sur la page Facebook de H&S, le tout pendant 24h.
Alors bien sûr au début tout ne sera pas parfait, on va tâtonner...
Mais plus tard nous pourrons certainement voir plus loin (entrainements-vie de groupe etc...)
Sur le site nous retrouverons donc les stats des rencontres (mais peut-être un peu moins rapidement que ces dernières années, au pire le lundi), des portraits des annonces etc...
Fini le temps ou je commençais mon samedi soir à Hirtz, je passais par Rum et je finissais à Dess pour me retrouver dimanche matin à Rust ! (Même si parfois je le referai...)
 
Merci à Théo, Maud, Aglaé, Fabio, Marion, et la petite Valentine (sans oublier Julie ! ), qui sont donc les pionniers de cette nouvelle forme de communication par chez nous, pour leur implication. Je leur fais entièrement confiance. 
Et si vous vous sentez l'âme d'un " Hardt-and-Shooters " une seule adresse mail : hardtandshoot@tutanota.com... N'hésitez surtout pas !
 
À suivre ;)
 

Le livre de la saison 2019/2020 de Dessenheim bientôt sur les étals.

L'auteur n'est autre que Dany Clur, le secrétaire de l'ASL Dessenheim.
Et c'est lui qui en parle le mieux : 
 
Comme pour ces quatre dernières saisons, je vous propose le " Livre de la saison 2019-2020 ".


L'ouvrage (pas loin  de 80 pages) est évidemment axé sur le parcours de l'équipe I en N III mais il est aussi rempli d'anecdotes, de photos, d'articles de presse, et de pleins d'autres choses qui ont émaillé cette saison qui restera dans les annales.
Le prix n'a pas changé depuis le premier exemplaire : 12 € (à condition de pouvoir en faire imprimer 40 minimum). 

La différence entre la vente et l'impression est reversée au club.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez passer commande en envoyant un e-mail à : daniel.clur@orange.fr

Le délai maximum pour la prise de commande est fixée au 2 juin (mais il y a toujours un peu de " battements " N.D.L.R. ^^)..

La livraison quant-à-elle se fera courant juin ".
 
Vous avez les infos ! Vous pouvez passer commande ;)
 


 

Melissa Klett va tenter le grand saut !

Originaire d'Obersaasheim où elle a démarré son histoire avec la balle orange, l'intérieure des rouges de Horbourg-Wihr depuis la catégorie U15, évoluera la saison prochaine aux Panthères de Mulhouse ! 
Pourquoi en parlons nous ici ? Et bien tout simplement parce-que Mélissa, outre le fait qu'elle soit une basketteuse talentueuse, est aussi la compagne de Maxime Diss qui évolu bien évidemment à Dessenheim. (Dessenheim dont on me dit dans l'oreillette que nous aurons bientôt des nouvelles). Toujours présente aux matchs à domicile de " Dess " pour supporter les Hardtois quand elle même ne joue pas, elle évoluera en priorité en Prénationale avec l'équipe réserve des Mulhousiennes mais aura très certainement ensuite la possibilité de compléter le groupe en Nationale 2.
Fort gabarit, scoreuse (elle tournait à 17,4 points de moyenne par match cette saison en Prénat, avec une perf à 36 points face aux Libellules Strasbourg le 26 janvier dernier) Mélissa a tout à gagner en relevant ce nouveau défi. Et les Panthères aussi.
 
Photo : Valentine Vedrenne !

 
 

....Ça va être long ! Alors...

Hier 28 avril, notre Premier Ministre a fait le point sur les différentes étapes du déconfinement et comme tout le monde a pu le constater ça va pas être simple, mais rien ne l'est depuis un moment maintenant...
 
Pour rappel :
 
  • Les sports dans les lieux couverts interdits 
  • Les sports collectifs et de contacts interdits 
Donc nous tous, joueurs, dirigeants, bénévoles, spectateurs mais aussi parents, partenaires, lecteurs de ce blog génial et moi-même : on est à l'arrêt. Ça va faire 2 mois... et c'est pas fini (et qu'est-ce que c'est long P..... de B..... de M....! ).
 
Que faire alors pour nous occuper ??? Moi perso je n'ai plus rien à écrire, j'ai fait le tour des historiques, j'ai ressorti les vieux aricles et au bout de 2 semaines j'en avais déjà marre. 
Beaucoup de clubs dans cette période ont lancé des challenges. Certains ont réalisé une vidéo, d'autres font des " tutos masques " pour en confectionner avec des vieux maillots de leurs équipes de jeunes, ceux en acrylique façon sous-pull des années 70, et réutilisent les élastiques des shorts... (nan c'est pas vrai ça, j'ai pas vu, mais tout est possible ^^).
 
Alors nous qu'est ce qu'on fait ??? Et bien j'ai cherché, j'ai cherché, j'ai cherché... et puis je pense avoir trouvé. En fait il y a quelques semaines j'ai partagé la vidéo d'un gars qui faisait tourner la balle sur son doigt et qui arrivait à la faire atterrir sur un pousse-pousse de gel hydroalccolique (si si), ou encore il déroulait un rouleau de PQ toujours avec un ballon. VOUS POUVEZ VOIR ÇA EN CLIQUANT ICI, LÀ, EN BLEU. 
 
So jehtz geht's loos, tentons ! Tout le monde bien sûr peut participer (les joueurs, les dirigeants, les enfants, même les gens qui viennent pas de la Hardt mais qui lisent H&S ^^).
 
Bon, c'est vrai, le gars c'est un pro. Mais nous on a le temps !
 
Filmez-vous avec un smartphone, et envoyez moi vos vidéos en message privé sur la page facebook de Hardt and Shoot, ou par mail si vous y arrivez à l'adresse suivante : hardtandshoot@tutanota.com. Notez juste que c'est plus simple pour moi par message privé, mais que j'ai le temps donc... c'est pas grave au cas ou. Notez aussi que si vous avez une autre idée de scénario (mais toujours dans l'esprit " gestes barrières/actu-Corona/basketball " ) le réalisateur est ouvert d'esprit donc vous pouvez y aller !
 
Vous avez jusqu'au 13 mai 2020. Si j'ai de la matière je ferai un montage et je publierai ça. Moi j'ai tenté le rouleau de papier toilette. Allez voir le résultat en cliquant ici cette fois ! 
 
En attendant portez-vous bien, force et courage, restez chez vous, travaillez en sécurité le plus possible pour ceux qui bossent et à bientôt. 
 

BC Hirtzfelden, une histoire à part...

Le BC Hirtzfelden, alors section de l'ACCH est né en 1999. Et bien évidemment c'est sous l'impulsion de Paty Kupferlé tout le monde le sait que l'aventure a démarré. Le petit Patrick que vous pouvez voir sur la première photo tenant fièrement sa coupe glanée lors d'un tournoi en 1971 !
 
Patrick Kupferlé, Président jusqu'alors de la section Basket du C.S.C.Rustenhart, et ce depuis 1984. Il avait pris la place laissée libre par Camille Hégy, premier du nom, qui avait trouvé en lui " un successeur tout désigné " à l'époque. Et pendant 15 ans sous sa présidence, Rust n'avait cessé ne gravir les échelons jusqu'à l'élite Régionale. Et puis l'histoire s'est arrêtée brusquement. 
Mais toujours motivé et avec la même passion, il décide de repartir à zéro dans le village voisin, accompagné de quelques fidèles. Après des premières années à vivoter c'est en 2004 que la révolution arrive. Déjà avec un tout nouveau tableau d'affichage. Ensuite avec l'arrivée en trombe du " Gay-Lussac ", un Playground de Mulhouse, pas loin du lycée Schweitzer. À la fin des années 90 ce terrain est une référence en France dans le petit monde que l'on appelle à l'époque le " Streetball ", souvent dénigré par les instances officielles et plutôt traditionelles. Pourtant au Gay-Lussac il y a toujours du monde, et surtout il y a du niveau, certains joueurs du FCM Basket s'y rendent alors régulièrement et les gamins autours adorent les défier.
Le coach de Hirtz de l'époque, Seda Ertugrul, propose alors à Patrick Kupferlé d'en faire venir quelques-uns. Ils ont la réputation d'être ingérable et personne n'en veut. Sans hésitations, il accepte. Et si certains ne feront qu'un court passage à Hirtz, d'autres y resteront plusieurs années et marquerons l'histoire du club. Rapidement la nouvelle se répand : " Une équipe de potes, on se prend pas la tête ", le son arrive jusqu'à Sisouphan Sengsouli grâce à Éric Ocala, et on a retrouvé Sisou cette semaine  (sur Facetime, confinement oblige).
Il a bien voulu revenir sur cette période 2004-2016 lors de laquelle le BCH a rendu fou plus d'une équipe sur le terrain que ce soit en championnat ou en Coupe. 
 
 
H&S : Salut Sisou. Qu'est ce que tu deviens ? Comment ça va ?
 
- Ben écoute ça va, personne malade chez moi tout va bien.
 
H&S : Comment tu as débarqué à Hirtz ?
 
-Je sortais de Cadets France, j'avais fait une saison avec Pfastatt 2 et j'avais pas eu ma chance avec l'équipe première en N3. Du coup on m'a parlé de ce projet de venir à Hirtzfelden. Moi au début c'était que pour un an. Mais en venant au club j'ai été surpris. Par le niveau. On était une vingtaine à débarquer on avait du faire 2 équipes et mixer, et il y avait beaucoup de bons joueurs ! Et en plus on devait repartir en D1 ! Le plus bas niveau de l'époque. 
On gagne, on monte, on gagne, on remonte, il y a une bonne ambiance et en 2007 on arrive en promotion d'excellence départementale. C'est la période des exploits en Coupe de France. On est une petite équipe et des formations de N3 viennent se casser les dents chez nous. Le WOSB, Saint Dié, le SLUC Nancy etc... Entre temps Halim (Bazine), Patrick (Alima) et beaucoup d'autres arrivent au club. En 64ème de finale, je ne sais plus quelle année exactement on est tombé contre Autun (N2) et on s'est fait mitrailler à 3 points. Ces matchs là, on avait trop envie de les jouer on voulait vraiment se tester et plusieurs fois on a déjoué les pronostics.
 
H&S : En parallèle tu commences une formation d'arbitre, d'ailleurs tu as arrêtés l'année dernière.
 
-Oui mais là j'ai repris, depuis octobre.
 
H&S : Ah bon ? 
 
-Oui, en Suisse.
 
H&S : En Suisse ???
 
-Oui, en Suisse ! J'y travaille et c'est beaucoup plus simple pour moi. Je siffle pour l'UNI-Basel en région. Le basket pratiqué y est beaucoup plus " light " que chez nous. Franchement c'est tranquille. 
 
H&S : Mais tu peux pas siffler en championnat National Suisse ? Vu ton niveau en France. Ou peut-être c'est à cause de la nationalité ? Tu vas demander la nationalité Suisse??
 
-Non non ^^, mais il y a des étapes à passer c'est comme ça faut faire ses preuves ! 
 
 H&S : Ok, ben on aura appris quelque chose ! En 2008 vous montez encore en excellence départementale, en 2009 en Promotion Régionale arrive alors Boucekkine en coach-joueur, et Franck Nussbaumer.
 
-Oui on est monté 6 années de suite, jusqu'en Prénationale.
 
H&S : Et votre spécialité c'est de canarder à 3 points. Un exercice dans lequel vous excellez.
 
-C'était notre force. On avait pas de " grands ", par contre on courait. C'était ça qu'on aimait aussi. Nos entrainements : 20 minutes de systèmes, très souvent pour démarquer un joueur à 3 points, et ensuite 1h30 de match. Et on y mettait l'intensité crois moi.
 
H&S : Dans le même temps en Prénationale vous vous maintenez difficilement chaque saison, là apparaissent vos limites. Malgrés des arrivées prometteuses comme les duos Lionel Cadet-Yassine Amara, Howard Germany-Widnie Laaland, le jeune Greg Diringer de Rustenhart, Cédric Vesper, puis Mafal Fall-Thomas Merceret. Les coachs aussi changent : Hadi Benmesbah, Hervé Clodi...
 
-On avait 3 joueurs majeurs qui officiaient en temps qu'arbitre. Ça devenait véritablement compliqué d'être présent à chaques matchs. Parfois j'arrivais à la mi-temps, parfois je venais pas du tout.
(NDLR : La salle polyvalente de Hirtzfelden est de moins en moins dipsonible pour le basket à partir de 2010. Hirtz jouera parfois dans 4 salles différentes en une seule saison : Rumersheim, Fessenheim, Reguisheim et même Chalampé ! Pas simple pour les joueurs et les dirigeants).
 
H&S :  Jusqu'au forfait général en 2016.
 
-C'était la fin d'un cycle tout simplement. On a tiré en longueur. Les 3 dernières années c'était catastrophique. Je ne sais pas comment on s'est maintenu. On s'entrainait plus. Si on avait pas été arbitre on serait encore en Prénat. Mais il fallait faire des choix. Si on avait été payé à Hirtz comme la rumeur le disait, je ne serais jamais allé me faire insulter les samedi après-midi pour 19 euros ! Crois-moi !
 
Depuis, le club fait l'ascenseur entre la D1 et la D2. Cette année sous la houlette d'Éric Trinidad l'ambiance est au beau fixe, les résultats sont positifs. La montée n'était pas loin mais y'a eu le Covid. Halim Bazine qui arbitre dorénavant en Pro B continu de jouer, entouré de Conroy, Klinger, Kupferlé, Brunner, les frangins Paul etc...
La fête du Beaujolais Nouveau est devenu un rendez-vous incontournable, l'expo de Légo est une superbe réussite populaire. Le club est pérenne et son " jumelage " avec celui de Reguisheim lui permet de jouer régulièrement là-bas.
 
Alors...à suivre ! 
 
PS : pour retrouver les articles dans un meilleure résolution que sur ce Patchwork, rendez-vous sur la page Facebook de Hardt and Shoot.
 
Et merci à Sisou ;)
 
 

 
 

Bientôt 40 ans de Basket à Rum !

Et 40 ans ça se résume pas en 2 minutes mais on va tenter quand même. 
 
C'est en 1981 que la section Basket a vu le jour, en même temps que la salle polyvalente du village.
Et c'est grâce à des pionnières : Charlotte Maeder d'abord (maman de Magalie Obrecht) une passionnée de la balle orange, entourée de :
-Élisa Maurer, la maman d'Isabelle Argast et donc la mamie de Mylène.
-De Fabienne Walter la maman de Céline Furstoss (l'actuelle Présidente) et de Virginie Grandpierre.
-Et de Colette Grosheny, la mamie de Sebastien et Maxime Diss qui évoluent à l'ASLD ! (Photos 1 et 2).
 
Les années 80 sont les années des balbutiements avec une quarantaine de licenciés (contre plus de 100 aujourd'hui), les années 90 seront celles de la confirmation. Le basket est alors solidement ancré dans le village et certaines filles performantes et motivées, iront garnir des équipes du FCM, d'Horbourg-Wihr, Wittenheim etc... chez les jeunes et en championnat de France.
En 1998, Delphine Bechtold et Céline Walter (Furstoss) décident de rentrer à la maison, de passer de la N3 à la D3 pour aider " leur " club de Rumersheim à gravir les échelons. Ce qu'elles feront avec brio, entrainant dans leur sillage Audrey Montani et Magalie Maeder (Obrecht). Le championnat Régional est atteint en 4 ans. (Photo 4)

Au début des années 2000 alors que le club est exclusivement féminin, une équipe masculine fait son apparition sous l'impulsion de Manu Obrecht (le mari de...^^) président de l'époque. (Photo 3).
Là aussi c'est une belle épopée qui malheureusement ne durera pas dans le temps, mais l'alchimie entre les anciens et les jeunes fait un malheur en " départementale " à l'époque. Le club engagera même une équipe 2.

Lors de la saison 2008-2009, l'équipe première féminine accède à la Prénationale en finissant 4ème de leur championnat grâce au désistement de Riedisheim qui refuse la montée. (Photo 5).

Arrivent enfin les années 2010. Une décennie en Prénationale, des " taulières " comme Nadège Drago, Sophie Bretz, "Jo " Lazare, Magalie Maeder (toujours elle ^^) et des jeunes qui sont là et qui confirment comme les soeurs Helwig. 
 
En 2012 la salle est complètement désossée puis refaite à neuf pendant une année. Les différentes formations de l'ALSC ne s'en portent pas plus mal et grâce à Philippe Jobert qui a " ses entrées " au Régiment de Marche du Tchad à Meyenheim et où elles peuvent continuer de recevoir et de s'entrainer, elles continuent de performer et réalisant en parallèle un excellent parcours en coupe du Crédit-Mutuel (une victoire dans la finale du 68 face à Berrwiller, une défaite en finale Régionale face à la SIG).
Puis arrive " l'enfant prodige " Sarah Simon. Formée au FCM puis au centre de formation de Calais (LF2) elle fait un retour fracassant dans son village, finissant plusieurs saisons de suite meilleure marqueuse du championnat d'Alsace. Suivront Estelle Kueny, Lianda Aoumeur, Mylène Argast (FCM), Fiona Alviani (Eguisheim) mais aussi Aline Müller, Wendy Willman et y'en a d'autres, avant et après ! Mais c'est difficile de toutes les nommer ,(Photo 6). Or sachez bien que je ne veux froisser personne, ni les joueuses ni tous les dirigeants qui ont tenu la baraque pendant ces 4 décennies... 
 
Aujourd'hui un nouveau cycle est lancé, et il est certain que le nouveau Basket Club de Rumersheim retrouvera le championnat régional incéssament sous peu. Cette année c'est rapé, mais on suivra cela avec beaucoup d'enthousiasme dans les années à venir. 
 
À suivre ! 
 
Merci à Charlotte M., Delphine B. et Céline F. pour le coup de main ;)...
 

1984 !

Le groupe Facebook du C.S.C. Rustenhart sous la plume de Pascal Kupferlé a fait un clin d'oeil sympathique hier soir à son voisin/rival de toujours l'ASL Dessenheim.
- " Pour ce numéro nous allons faire un tour chez nos voisins de Dessenheim pour la saison 83-84.
Vous y verrez notamment deux intrus venus de Rustenhart et un joueur encore en activité dans l'équipe de Dessenheim-3 (récemment mis à l'honneur sur Hardt & Shoot pour le match Rustenhart - Dessenheim-3 ".
 
Les 2 intrus ainsi nommés sont donc lui-même, Pascal K. (Bef) et Sylvain Tugler, l'actuel Président du C.S.C.R. (je vous laisse les trouver sur la photo).
 
Lors de cette saison 83/84 il n'y avait pas d'équipe de Cadets engagée à Rust, les 2 joueurs sont donc allés pratiquer leur sport favori à Dess. Encore une fois c'est Benoit Imhoff qui m'a révélé cette info il y a quelques jours. Personnellement je n'y croyais pas. Je me suis dis il doit confondre. Et puis j'ai appelé Bef. Et là : consternation ^^. De plus : " C'était génial ! " qu'il me dit.
Moi qui ai grandi à Rust, jamais je n'avais entendu parlé de cette saison là. C'était l'omerta. J'en rigole aujourd'hui.
Une rivalité qui date : " des anées soixante - soixante-dix en Avant-Garde du Rhin (AGR). Les frères Hauler avaient migré de Rustenhart à Dessenheim (4 km) et, inversement, les frères Kieffer de Dessenheim à Rustenhart. Les derbys entre les deux villages se disputaient sur terrains extérieurs autours desquels s'amassaient deux cordons de spectateurs des deux camps rivaux. C'était une époque épique. On n'est pas loin du passé mais presque (article de l'Alsace en 2010). 
Il n'y en avait qu'un qui ne disait rien. C'était Pierre Mérian, de Rustenhart. Il avait passé une saison en Nationale 3, lors de la saison 90-91 si je ne me trompe pas (attention à l'époque il y avait encore une N4), il avait quitté ses copains pour tenter sa chance en championnat de France, sous la houlette d'un certain Christian Monschau pour qui c'était à l'époque la première expérience d'entraineur (avant de réaliser la carrière que tout le monde connait). Une équipe de N3 avec seulement des joueurs passés par les équipes de jeune de Dess. Tous sauf un : lui.
Il n'y a passé qu'une seule saison, mais à son retour à Rustenhart il a apporté toute son expérience et son shoot (!!!) au club pour qu'il gravisse les échelons jusqu'en Excellence Régionale (Ex -Prénationale). 
Une autre époque... 
 
PS : Si je vous ennuie dites le moi ^^.
 
 

 
 

2001 !

 

" Allo Benoit ? "

Ceux que j'ai déjà " questionné " savent comment je fonctionne : j'envoie un mail ou un message sur Facebook, je leur demande si ils ont le temps de répondre à quelques questions, les questions suivent et on me répond dans la journée.
J'ai voulu m'attaquer, en ces temps de confinement, au cas bien particulier d'un certain Benoit Imhoff. 
Je me suis dis que j'allais le prévenir par téléphone, pour qu'ensuite on enclenche la marche avant. C'est qu'il doit en avoir des choses à raconter le joueur, le coach, le dirigeant après plus d'un demi-siècle dans le milieu !
- " Ecoutes ! Rudy, j'ai pas le temps d'écrire faut que tu viennes avec moi une journée... "
- Euhhh, compliqué, confiné etc..."
À fond, comme d'habitude.

Mais il fallait quand même que je fasse quelque chose. Entre Benoît et moi nos rapports n'ont pas toujours été " au beau fixe " c'est le moins que l'on puisse dire, et il vous le confirmera si vous lui posez la question. C'est un sacré et moi j'adorais la " provoc ", Benoît était un excellent client ^^. 
Ahhh les 1er Mai chez Paty Kupferlé à boire et manger " que du bon ", les périodes de Foire aux Vins complètement débridées etc...une autre époque.
 
Du coup comme j'ai pas le temps en ce moment de passer une journée complète chez " Esprit d'Alsace ", et que nous sommes dans une période de retour vers le passé, j'ai demandé aux differents archivistes Hardtois si ils avaient des perles, en voici une ! 
Et c'est Pascal Kupferlé (Bef) le directeur du musée du basket de Rustenhart qui me l'a fourni, un grand merci à lui ! 
 
 
Bonne lecture !
NB : c'est un article d'une jeune journaliste nommée Sandrine Pays (déjà) de 1994, et il y a le petit Arnaud, 1 an, sur les épaules de son père...
 

Portrait dans les DNA d'aujourd'hui :

La photo peut prêter à sourire. Mais lorsque l'on m'a demandé si j'avais une photo de Bertrand sur le banc je me suis rendu compte que : non.
Et pourtant c'est un acteur majeur de l'ASLD depuis 2 ans. 
Alors rendons à César... 
 

Une nécessaire légère refonte du blog...

Les calendriers des différents championnats départementaux sont sortis mais nous attendons toujours les nationaux/régionaux qui devraient être publiés incessamment sous peu.
Ce sera alors là le début d'une troisième saison pour Hardt and Shoot. 
La deuxième a été longue ! Je ne vous cache pas que j'étais au bord du burn out fin avril, parce que bien évidemment la rédaction de ce blog n'est pas mon activité principale ^^. 
Commencer mon samedi soir à Dessenheim, passer par Rustenhart pour finir à Rumersheim histoire d'avoir des clichés " frais ", d'actualités et ne pas recycler des images datant d'un week-end précédent, c'était un véritable leîtmotiv. Sans oublier le dimanche pour le BC Hirtzfelden.
Alors début mai, championnat de France terminé, je décide de lever le pied d'où une fréquence de publications ammoindrie. 
Et le 23 juin dernier, patatra : Je me rompt le tendon d'Achille (en jouant au basket bien-sûr) on m'annonce 2 mois de plâtre, possibilté de re-poser le pied par terre en septembre, de conduire en octobre. Une claque. 
Il fait chaud, je suinte, j'en ai plein le c..
Et puis surtout, comment je vais faire. Les matchs de préparations démarrent fin Aout (le 18 exactement pour l'ASL Dessenheim Basket qui recevra la formation de Laurent Minnig, Pfastatt, l'horaire étant encore à determiner mais nous y reviendrons).
Les championnats reprennent en septembre et je pourrai toujours pas conduire...
Je suis donc officiellement dans la m....
Après avoir retourné le problème dans tous les sens, je me suis finalement décidé à... faire ce que je peux. 
Quitte à démarrer doucement comme j'ai terminé la saison dernière. Quitte à encore + hiérarchiser les articles : N3, Prénationale, D1, DF3, D5. Tant pis, je peux pas faire autrement. 
Je ne parle jamais des statistiques de fréquentation de mon petit Hardt and Shoot, qui cherche à mettre en valeurs ces 4 clubs de basket Hardtois, mais ce sont elles qui pourtant motivent le fait que je vais continuer.
Mais voici celles de 2017, 2018 étant parti sur les mêmes bases.  
Alors certes, on pourrait toujours mieux faire, mais dans l'état actuel des choses moi ça me va et j'éspère que vous aussi !
 
 
MoisVisiteurs différentsVisitesPages
Jan 20171 5632 5093 344
Fév 20171 4802 2782 793
Mar 20174 7366 2077 594
Avr 20171 6222 6493 361
Mai 2017429693970
Juin 20171 5061 9072 554
Juil 20177669901 324
Aoû 20171 7552 3173 065
Sep 20173 9565 4457 190
Oct 20176 0798 50010 485
Nov 20173 0254 4405 798
Déc 20171 3492 1492 942


   
Un total de 51420  " clics " !
 
En tout état de cause, je voudrais remercier les personnes qui me file un coup de main et qui me font confiance en m'envoyant les feuilles de matchs, en me faisant les " en direct " sur la page facebook de H&S lors des rencontres à l'extérieur, en partageant les publications etc etc...
 
À l'ASL Dessenheim Basket : Lionel Usché et Guillaume Wettlé, Robert Guthmann, Mathieu Grenacker, Maud Grosheny, les joueurs et bien évidemment Dany Clur, un mec encore plus dingue que moi qui ne compte pas ses heures et avec qui j'ai vécu une très belle saison avec nos U9 et dans la salle de presse de Dess ^^...
 
À l'ALSC Rumersheim : Isabelle Argast, Serge, Sarah et madame Simon, Céline Furstoss, Maud Grosheny (hé oui encore ^^), les joueuses et tout particulièrement Estelle Kueny qui est toujours ok pour répondre à mes solicitations !
 
Au BC Hirtzfelden-Réguisheim : Corinne Kupferlé, Marc Mulhenbach, Sisou Sengsouli, Marie-Paul Paul, Joêlle Schmitt, Laetitia Müller, les joueurs et un certain Paty ^^...
 
Au CSC Rustenhart : Pascal Kupferlé, Aglaé Kupferlé, Corinne Tugler, Jul Walspeck, Jerôme Hégy, Manon Hégy et les joueuses...
 
Et tous les autres que j'ai au moins une fois enquiquiné...
J'aurai très certainement encore besoin de vous ces prochains temps...
 
À suivre !
 

Officiel : Martine Corrado est la nouvelle présidente de l'ASL Basket Dessenheim !

Mathieu Grenacker a passé la main à Martine Corrado ce vendredi soir, lors de l'assemblée générale du club...
 
Et c'est avec une grande gentillesse que Martine a bien voulu répondre (en exclusivité ^^) à quelques questions !
 
Voici donc la première " interview " de la nouvelle présidente de Dessenheim :
 
Bonsoir Martine ! Première question : Comment en es-tu arrivé là (à la présidence de Dessenheim) ?
 
Lorsque Mathieu a annoncé qu’il arrêtait la présidence de l’ASLD, le comité souhaitait ramener une vision nouvelle pour le club. La décision de trouver une personne non originaire de Dessenheim a été mise en avant.
J'œuvre depuis plus d’une vingtaine d’année dans le basket et par l’intermédiaire de mon amie Estelle SIMON (pour laquelle je fais les stats sur les matchs des minimes) je fréquente le club depuis 2011. Depuis 2012 je fais parti des sponsors de l'ASLD (Menuiserie Corrado, basée à Horbourg-Wihr) leur choix c’est porté sur moi.
N’ayant aucun membre de ma famille évoluant à l’ASLD, cela me permettra de rester neutre dans mes décisions.
 
-Qu'est ce qui a motivé ton choix d'accepter (c'est un sacré boulot NDLR) ?
 
L’approbation de mon mari et de mes enfants.
Le fait que le comité ainsi que Mathieu « Président démissionnaire » reste en place.
Je souhaite véritablement donner une nouvelle impulsion au club.
 
-Quel est ton histoire personnelle avec le Basketball ... (Oui je sais c'est vaste comme question mais c'est pour ceux qui ne te connaissent pas du tout ^^).
 
Arrivée à Horbourg Wihr en 1992, un de mes oncles membre fondateur du club des supporters de l’AS WIHR nous a emmené voir un match de l’équipe 1. Voir ces filles se démener sur le terrain et l’engouement des supporters nous a conquis. Quelques années plus tard notre fille Cindy a intégré le club ou elle a évolué en Championnat de France jeune. A l’âge de 14 ans notre fils Emmanuel a intégré l’Ecole d’arbitrage à Horbourg Wihr et fait la carrière qu’on lui connait. Actuellement formateur labéllisé FFBB, membre du Comité Directeur 68 depuis 10 ans et membre du CDO depuis 12 ans.
C’est en 2001 que Jacques PARMENTIER Président de l’ASWihr m’a proposé le poste de secrétaire du club, que j’ai accepté. À ses côtés j’ai connu la NF2 et les CF jeunes Minimes et Cadettes. Œuvrer aux côtés de Jacques Parmentier fut un réel plaisir, j’en garde un très bon souvenir et surtout beaucoup d’expérience.
 
 Quels sont tes objectifs à court/moyen terme à l'ASLD?
 
- Jouer le haut du tableau en NM3
- Faire monter l’équipe 2 en Région
- Faire monter l’équipe 3 en DM2
- Engager 1 équipe U17 – U15 et U13 en Région
- Créer une école d’arbitrage (ce sera ma grande priorité)
- Former + de parents à la table de marque
- Travailler en collaboration avec les autres clubs de la Hardt
- Et à moyen terme devenir la locomotive de la Hardt !
 
Est ce qu'il y a quelque chose que tu voudrais vraiment changer ?
 
Améliorer les relations avec les instances départementales ainsi qu’avec le corps arbitral.
Mais je souhaite avant tout continuer à faire progresser le club.
 
À l'inverse, quelque chose que tu trouves qui fonctionne parfaitement ? 
 
Il y a beaucoup de chose qui fonctionnent parfaitement bien.
Par exemple l’Ecole de Basket et la formation des jeunes,
L’implication à 100% des membres du comité ainsi que tous les bénévoles qui œuvrent pour les manifestations extra-sportives et tout ce qui fait qu’un club puisse fonctionner de nos jours. 
 
Je voudrais en profiter pour dire un grand MERCI à Mathieu ainsi qu’à l’ensemble des membres du comité actuel qui m'ont accordé leur confiance et qui ont décidé de rester à mes côtés.
 
A très bientôt aux bords des terrains !
 
Merci Martine et nous te souhaitons toute la réussite possible dans ta nouvelle fonction !
 

2 présidents quittent... la Présidence.

Isabelle Argast (ALSC Rumersheim) et Mathieu Grenacker (ASL Dessenheim ici aux côtés de son prédécesseur Benoit Imhoff) ont décidé de " passer la main ".
 
Pour la première qui avait prit les rennes de l'association en 2013, c'est " l'usure et la fatigue " qui auront eu raison de son engagement. Un engagement sans failles, Isabelle étant toujours présente à la salle, tantôt à la table de marque, officiant en tant qu'arbitre chez les jeunes, servant les supporters à la buvette, à la recherche de sponsors et bien evidemment toujours présente pour représenter son association lors des différentes assemblées-réunions des instances départementales et régionales (sans oublier ses petits encas ^^). Le club qui compte une centaine de licenciés, dont l'équipe première évolue en Prénationale, a axé depuis plusieurs années sa politique sur les féminines. Sa fille Mylène, formée au FCM, joue aujourd'hui à l'ALSC tout comme d'autres jeunes qui a un moment ont quitté " les moustiques " et qui y sont revenues (c'est une de ses plus grande fierté). N'oublions pas le papa qui n'est jamais loin...
 
Quant au deuxième, Mathieu Grenacker, il l'a annoncé a son comité, puis par mail a tous les licenciés fin mars. 
Cela faisait 9 ans qu'il avait pris la suite de Benoit Imhoff. Et il a tout connu : les descentes au départ (l'équipe une était alors tombée en excellence départementale) et les remontées successives jusqu'en Nationale 3. La saison prochaine en sera une nouvelle en Championnat de France pour les Hardtois (ce sera la troisième de suite, une première pour le club). 
Une seule constante pendant ces 9 années : la formation des jeunes. Entouré de Fabrice Imhoff, Daniel Clur, Estelle Simon mais aussi de Jean-François Ossola et Yannis Lefrang en leurs temps (j'en oublie sûrement), l'ASLD est une référence dans ce domaine depuis plus de 20 ans. Et cela n'a pas faibli ces 9 dernières années bien au contraire.
Dessenheim au jour d'aujourd'hui c'est :
 
149 licenciés au 1er mars 2018 :
-                  100 d’entre eux ont moins de 20 ans,
-                  88 moins de 16  ans,
-                  62 moins de 11 ans.
11 équipes : 3 Séniors, 1 x U 17, 2 x U 15,  2 x U 11, 3 x U 9.
1 école de basket fréquentée par 22 enfants.
 
Bref, une association en parfaite santé.
 
Pour la suite, des noms circulent mais nous n'allons pas spéculer ici. Saluons ces 2 " personnages " qui auront marqué leur association respective par leur disponibilté et leurs efforts de tous les instants, le tout bien évidemment saupoudré de passion pour le basket. 
Notons aussi qu'ils seront toujours présents dans l'organigramme de leur club, ce sera simplement différend. 
 
À suivre...
 

Risquons nous à une analyse ...

Je n'ai jamais donné mon avis, mais bon.. Là je vais le faire... ^__^
Cela n'engage que moi, si quelqu'un n'est pas d'accord je peux le concevoir ^__^

 
J'ai vu en tout et pour tout les matchs à domicile de préparation de Dessenheim, quelques-uns de Rumersheim, ce premier match de championnat face à la SIG 3,  et le seul et unique de Hirtz (pas complètement c'est vrai) hier soir face à Pfastatt 3... 
Conclusion ? Nan, nan pas de conclusion c'est bien trop tôt bien sûr, mais tout de même... 
 
Dessenheim en N3 pour une deuxième saison consécutive, ça n'est tout simplement jamais arrivé. L'ASLD commence son championnat par 2 défaites consécutives... ET ALORS ! 
Weitbruch un habitué de la N3 accroché dans la Hardt comme rarement et qui l'emporte après 2 prolongations, un déplacement à Gries un des favoris de la poule K qui avait corrigé les Hardtois lors d'un match de présaison 3 semaines plus tôt (rappelons-nous du 34-6 au premier quart-temps !).
Cette fois-ci ils ont tenu, même remporté le premier acte, mais ont cédé en deuxième mi-temps. Mais que de progrès !
Le maintien se jouera cette saison entre 5 équipes : Schaeffersheim, Jura-Salin, le Besançon-BC, Tetras basket Vosges (Sainte-Marguerite), et Dessenheim...Pour 3 descentes.
Des rencontres lors desquelles il faudra répondre présent, autant du côté des joueurs que du côté des supporters ! Ça va être bon ça !
 
6KM plus loin il y a le BCH.
 
C'est mon club de coeur, quoi qu'on en dise/pense. Le poil à gratter de toutes les divisions dans lesquelles ce club à évoluer depuis le début des années 2000 (D5, D4, D3, D2, D1, Promo-Région, Prénat, des exploits mémorables en Coupe etc...) à chaque fois on a tout entendu : " des rageux, des mercenaires, qu'est-ce qu'ils font là etc... " 
Un président omniprésent qui donne tout, depuis toujours, pour sa passion. On peut critiquer, débattre, le fait est que... Le BCH est toujours là. Malgré les quolibets, le manque cruel de soutien de la mairie, le forfait général... Et ce grâce à ses piliers : Bazine, Sengsouli, Boucekkine, Muhlenbach, ainsi que les frères Ambiehl présent depuis le tout début et tous les autres qui sont passés par Hirtzfelden à un moment ou à un autre, avec plus ou moins de réussites ;)
La réalité aujourd'hui est que lorsque l'on voit un gars comme Halim Bazine (c'est un exemple) sifflé un match de leaders cup le vendredi soir en PRO B à Lilles, être présent pour son club en D2 le lendemain et être toujours le même casse-coucouniète qu'à l'époque le samedi soir pour participer à une rencontre face à Pfastatt 3 (sans manquer de respect à cette équipe) on se demande simplement comment l'on peut encore douter de leur loyauté. Même si les résultats ne sont pas au rendez-vous ces derniers temps, avec l'énergie que transmet encore et malgré tout le Président Kupferlé, le BCH n'en déplaise à certains, ce n'est pas encore fini.
 
Et Rumersheim !
Mais quelle bonne surprise samedi soir que de voir cette salle "pleine" pour la reprise de la Prénationale Féminine Alsacienne ! Et quelle bonne surprise que cette équipe, là aussi bien agencée autours de ses piliers Sarah Simon, Linda Aoumeur, les soeurs Helwig.... Et les autres !
L'apport de leurs 2 jeunes recrues Léa Gennari et Wendy Willman est un " + " indéniable cette saison, à mes yeux jamais Rumersheim n'a eu une équipe aussi complète... Tous les postes sont quasiment doublés il y a du talent partout, Estelle Kueny n'a pas joué mais reviendra incessamment sous peu... je ne veux pas leur porter la poisse mais, cette saison va être superbe c'est certain...
 
Ça pue le Basket dans la Hardt...
 
A suivre...
 

 


 
 

Mais qui es-tu donc, Adrien Tribout ?

Adrien Tribout qui prend de vitesse un défenseur vendredi dernier. Une image que l'on va revoir souvent à la salle des sports de l'ASLD cette saison !
 
Le 1er Aout dernier nous annonçions la signature d'un jeune arrière-shooteur de 24 ans à Dessenheim. En fouillant un peu sur la toile on pouvait se rendre compte que à son âge, il avait déjà un bon petit CV basket. Auteur de 18 points à BNS et de 25 face à Sainte-Marguerite grâce notamment à un 3/3 à longue distance dans le premier acte, les supporters présents ont pu constaté qu'un fort potentiel et une réelle envie de faire vite, fort et bien l'animait.
 
Mais quel est son parcours exactement ? 
Comment a-t-il " atterri " à Dess ?
 
Hé bien nous lui avons tout simplement demandé, et c'est en toute simplicité qu'il s'est confié.
 
Adrien Tribout par Adrien Tribout c'est tout de suite :
 
H&S : Bonjour jeune homme ! Donc en fait on te connaît pas bien, est ce que tu peux te raconter ? Un peu ? Ton parcours ? Tes ambitions ? Le rôle que tu veux jouer dans cette équipe à Dessenheim ? Tes premières impressions sur la région ? Ton équipe ?
 
AT : "  Ma passion pour le basket a débuté lorsque j'avais 10 ans en région parisienne, dès lors j'ai été repéré pour les sélections jeunes départementales et régionales, à 12 ans je suis rentré au pôle espoir d’île de France, à l'époque j'avais 1 an d'avance et jai pu joué aux côtés de joueurs comme Evan Fournier. De mes 15 ans à mes 17 ans, je suis parti au centre de formation du Havre. J'ai pu ce coup-ci jouer avec des joueurs comme Guillaume Plas, Joris Ortega ou encore Julien Sauter. Je suis parti du Havre pour jouer en N2 à Tremblay de mes 17 ans à mes 19 ans. Après ces quelques années de jeu en N2 ayant le statut de jeune joueur de rotation, j'ai eu l'opportunité de partir aux USA en Floride, à Orlando pour une prep school. J'y ai passé une année complète dans le but de continuer ma formation de joueur. Par la suite, j'ai pris la décision de rentrer en France avec comme ligne directive l'ambition d'atteindre la pro B. Malheureusement, le sort s'acharne, je me suis blessé au tendon d’Achille, nécessitant une opération et un an de rééducation. Suite à cela, j'ai repris le basket en national dans le sud-ouest de la France à Hagetmau en N3, c'était en août 2014. Mon rôle au sein de ce club était celui d'être titulaire accompagné d'un temps de jeu relativement conséquent. La saison fût bonne et une fois terminée, ma prochaine destination se trouvait-être Besançon où j'ai signé pour entrer en N2 dans le club Besac en tant que joueur et jeune entraîneur en formation de 2015 à 2017, durant ces deux années, j'ai pu entraîner des équipes allant des U13 jusqu'aux seniors région, s'ajoute à mon parcours l'obtention du niveau P1 du CQP sur ces deux années. Enfin, étant arrivé au terme de mon contrat, j'ai pris la décision de partir vers de nouveaux horizons en quête d'un nouveau challenge. Celui-ci devait respecter un seul et unique critère, celui d'y mêler ma carrière de joueur à la formation d'entraîneur. C'est après tout ça que j'ai signé pour jouer dans le club de Dessenheim en N3, ma mission étant d'apporter mon expérience de jeu et du scoring. Au fil du temps j’espère pouvoir aider cette équipe autant sur le point individuel que celui du collectif en y affichant les meilleurs résultats possibles. J'ai aussi pour mission de compléter ma ligne d'entraîneur du club en effectuant notamment des stages de basket en période de vacances pour tous les jeunes joueurs. Mes ambitions personnelles sont celles d'améliorer mon expérience de jeu et de continuer ma formation d'entraîneur afin d'y validé mon P2 et P3 du CQP. C'est une grande première pour moi de poser mes bagages dans cette région, j'y ai rencontré des personnes très accueillantes et généreuses ayant un esprit compétitif mais gardant un côté familiale qui est lui, très appréciable. En ce qui concerne notre équipe, je constate actuellement une bonne cohésion et une bonne entente. Cependant nous devons peaufiner notre système de jeu collectif, mais je ne me fais pas de soucis quant à l'envie et l'investissement de mes coéquipiers, nous avons la capacité d'obtenir de bons résultats cette saison en N3.
 
H&S : "Merci beaucoup je crois qu'on a tout ^___^... Bonne saison à toi ! "


Une excellente pioche pour l'ASL Dessenheim à n'en pas douter !
 
Affaire à suivre donc !

 

Jacques Merian est parti.


 
Voici le message que la section basket du CSC Rustenhart a posté ce matin sur Facebook : 

" C'est avec beaucoup de peine que je dois vous annoncer la mauvaise nouvelle.
Notre président Jacques MERIAN est décédé hier suite à une complication alors qu'il venait de démarrer son combat contre la maladie.
Président, arbitre, entraineur, joueur, le basket club perd son pilier et nous tous un ami...
Toutes nos pensées et notre amitié à Christiane, sa femme et Solene, Nathanaël, Aurèle et Mailys, ses enfants..."
 
Une véritable claque. Une grande tristesse. Tout le monde connaissait Jacques.
 
Ciao Monsieur Merian.
 
 
La cérémonie aura lieu mercredi à 14h30 à Dessenheim.
 

 

Passé, présent et un peu de futur : Pascal Ambiehl.

Notre Photo : Pascal (Skioul) Ambiehl au Lancer-Franc : 40 ans aujourd'hui dont 33 de Basket dans la Hardt !
 
Après avoir parlé de Bateko Francisco (ASL Dessenheim), de Linda Aoumeur (ALSC Rumersheim) il manquait bien évidemment un portrait de joueur du BC Hirtzfelden à la rubrique " Passé, présent et un peu de futur " de Hardt and Shoot.
Et la rédaction a choisi de parler d'un sacré personnage Hardtois : Pascal Ambiehl. Aussi connu dans la région sous le surnom de  " Skioul ", cet épicurien adepte de Freeletics qui joue au basket depuis tout petit fête aujourd'hui mardi 21 mars ses 40 ans ! Une bonne raison pour survoler sa carrière de basketteur lors d'une interview réalisée en janvier dernier, dans la cuisine ^_^ !
 
H&S : Skioul tu as commencé le basket à quel age ?
 
SK : Ben à 7 ans...à Rustenhart, j'étais d'ailleurs le seul garçon de mon age à l'époque ! Je me rappelle d'Isabelle Koehl et de Corinne Hégy (Tugler maintenant, et qui s'occupe de l'école de Basket de Rustenhart actuellement). L'année d'après sont arrivés Benoit Hassenfratz, Olivier Koehl, mon frère Stephane et Franck Schneider (les 2 derniers cités jouent toujours actuellement avec lui au BCH NDLR).
 
H&S : Quel a été ton/tes meilleurs moments de basket dans toute cette longue carrière ?
 
SK : Mon meilleur souvenir ? Humm.... Bateko qu'est ce qu'il a dit lui ?
 
H&S : Ben qu'il avait été élu meilleur défenseur de la saison dans son université aux Etats-Unis, qu'il avait joué contre Draymond Green, des trucs normaux quoi !
 
SK : C'est vrai ? ...Moi c'est plutôt les finales... perdues (rire) ! Contre les Bas-Rhinois ! On en a perdu, en minimes en cadet. En minimes aussi une rencontre contre Dessenheim (Ahhh ces rivalités à l'époque...) qui nous battait régulièrement, sauf cette fois-là. J'ai mis les 2 lancers au buzzer pour arracher la prolongation dans notre salle à Rust, et nous avons fini par gagner la rencontre. Dessenheim c'était costaud et on était ravi !
Et puis quand la première année de l'équipe 2 avec Hirtz on finit la saison Champion d'Alsace (en 2010-2011). On avait enfin gagné une finale. Bon j'y ai laissé ma cheville ^__^...
 
H&S : Et ton pire souvenir ?
 
SK : Mon pire, mes pires oui : ma cheville droite, ma cheville gauche... Mon scaphoïde aussi ( petit os du poignet qui une fois cassé, est très handicapant ... au moins 5 mois d'arrêt). Bref, les blessures.
 
H&S : Comment ça se passe à Hirtz cette saison ?
 
SK : Ben les troisièmes mi-temps sont très bien. Maintenant la saison dernière avec cette équipe on s'est maintenu de justesse en D2, là on est repartit en D1 (suite au forfait général de l'équipe première la saison dernière) avec la même équipe. On galère. Mais bon on est une bonne bande !
 
H&S : Et sur le plan personnel, comment tu te sens ?
 
SK : Ben j'ai pas encore mal ni au dos, ni aux genoux, ni nulle part d'ailleurs donc je n'ai pas encore besoin de m'arreter ! Le seul truc c'est la " période de chauffe " qui est un peu plus longue qu'avant. Je dois m'échauffer avec plus d'intensité. Je suis comme un Diesel.  Mais une fois que je suis dedans, je suis dedans ! ^_^ ...
 
H&S : On te souhaite de garder ton enthousiasme le plus longtemps possible Mr Skioul !
 
 
Et encore bon 40ème !!
 
 
 
 
 

LINDA AOUMEUR : " Le basket loisir c'est pas pour moi "...


Elle est toujours à fond et c'est le véritable couteau suisse de l'équipe première de l'ALSC Rumersheim. Du haut de son mètre 68, elle peut jouer poste 1, 2, 3, 4 et même 5 (si, si !) cette saison !
Rencontre avec l'expérimentée Linda Aoumeur :

Bonjour Linda ! Et merci de prendre le temps de répondre à ces petites questions ^_^ .. Alors dis-nous : quand et où as-tu commencé le basket ? Quel est ton meilleur souvenir en compétition ?

J'ai commencé le basket tardivement vers l'âge de 15 ans au FCM.
Mon meilleur souvenir (j'avoue que j'en ai pleins avec + de 20 ans de basket derrière moi c'est normal.. .et je t'interdis de calculer mon âge ! ;)) c'est notre match de la montée en Nationale 2 à Annecy en 2014 (gagné bien sûr 😝).

Comment es-tu arrivé à Rumersheim ?

Alors comment je suis arrivé à Rumersheim...heuuuuu ben c'est très simple : je ne souhaitais plus m'investir autant dans le basket qu'au FCM, pour des raisons professionnelles et personnelles (j'ai quitté le niveau N2 qui demandait beaucoup de temps). Ce qui m'a amené à Rumersheim c'est le projet et les filles qui y sont.

Que peux tu me dire de cet exercice 2016-2017 dans la Hardt ? Quels est ton (enfin " tes " je devrais dire) rôle(s) au sein de cette équipe ? Quels sont tes objectifs personnels ?

Quoi dire à part que c'est très compliqué. Nous étions partis avec un groupe théorique de 11 et au final nous nous sommes retrouvées à 7 !! Nous avons peu de rotation et quasi pas d'entraînements au complet pour travailler le collectif. La saison va être très difficile mais notre objectif reste le maintien. Le groupe est soudé et on s'entend toutes très bien, autant sur le terrain qu'en dehors.
Mes rôles sont divers et variés lol ... non sérieusement je n'ai pas de rôle prédéfini. Je joue là où le coach a besoin de moi et j'ai toujours été très polyvalente. J'essaye d'apporter ce que je peux à l'équipe.
Pour ce qui est de mes objectifs personnels (vu mon âge j'en ai plus vraiment lol 😂) c'est de pouvoir finir la saison avec le maintien de l'équipe. Mais ce qui est certain c'est que je ne sais pas si je continuerai encore l'an prochain dans la même configuration car je suis quelqu'un de passionné et d'investi. C'est très dur de travailler et de faire évoluer un collectif au basket si on est pas 10 sur le terrain, et le basket loisir c'est pas fait pour moi...
Je sais bien qu'il y a " la Forêt de la Hardt à traverser " ( entre Mulhouse et Rumersheim NDLR) mais il nous faut absolument renforcer notre effectif la saison prochaine, ou-bien même dès aujourd'hui si tu connais une jeune retraitée sans licence qui veut reprendre ^_^...
 
Merci beaucoup Linda et bien évidemment on vous souhaite le maintien ! À bientôt (dès samedi en fait, pour votre match face à la SIG 3 !).
 

Passé, présent et un peu de futur : Bateko Francisco.

C'est incontestablement la pièce maitresse de l'ASL Dessenheim, le "Franchise Player" des Hardtois. Avec une moyenne de 20,83 points par match cette saison en Nationale 3 dont une " perf " à 30 points contre Weitbruch lors de la 10ème journée (victoire 73-68), celui que toutes les défenses de cette Poule J serrent de près, non sans difficultés, a bien voulu répondre à quelques questions.
 
 
Bonjour Bateko ! Alors dis nous, tu as commencé où à pratiquer ce sport ?
 
J'ai commencé le Basketball à l'age de 8 ans. Après une année en Cadet France (à Bondy en Région Parisienne) j'ai été recruté par une école américaine. Tout naturellement j'ai continué ma formation aux USA, et j'ai signé avec l'université de ROBERT Morris en NCAA,1ère Division.
Après ces années universitaire je suis revenu en France et j'ai signé à Roche la Molière, à St Etienne à Pfastatt (où il était déjà coaché par Laurent Minnig NDLR), Avignon Sorgues et me voilà à DESS !
 
Quel est ton meilleur souvenir en compétition ?
 
Mon meilleur souvenir c'est d'avoir gagné la conférence NORTH EAST à l'université et d'avoir été élu meilleur défenseur de la conférence. Cette année là j'ai aussi reçu le titre d'MVP de mon université et j'ai participé à un tournois NCAA contre Michigan state face à Draymond Green (joueur NBA qui évolue actuellement aux Golden State Warriors aux côté de Kevin Durant et Steph Curry).
 
A Dessenheim tu ne fais pas " que " jouer. Pendant les vacances tu animes des stages de basketball pour les gamins. Tu peux nous en parler ?
 
Les Stages BTB sont des stages spécifiques pour les basketteurs de tout les âges et de tout les niveaux, qui aimeraient améliorer leur technique, leurs fondamentaux basket ainsi que leur capacité athlétique avec des séances de préparation physique.
J'ai aussi créée un site web: BETHEBESTBTB.COM. C' est une vitrine, j'y montre mon travail et c'est aussi un espace d'information pour les sportifs sur l' alimentation/ la récuperation / la préparation physique etc... Vas faire un tour ^_^...
 
Quel est ton lien exact avec Sylvain Francisco ? (16 ans, et déjà de bonnes prédispositions...https://​www.​youtube.​com/​watch?​v=YID​yZmf​GzZ4)
 
Mon lien avec SYLVAIN FRANCISCO lol... Hé bien c'est mon petit frère ! Il joue à WEST AOKS Orlando, en Floride aux USA, Une  "High School " classée  numéro 10 aux Etats-Unis. Il fait une très belle saison et progresse chaques années. Un joueur à suivre dans le futur !
 
Et comment ça se passe pour toi cette saison à Dessenheim ? Tu peux nous dire si tu seras encore dans la Hardt la saison Prochaine ?
 
À Dess je me sens très bien, on a une belle ambiance, une bonne direction et un bon coach, de bons coéquipiers, on rigole bien on se fait plaisir. On a eu un début de saison compliqué avec beaucoup de matchs à l'extérieur et des rencontres que l'on aurait dû gagner, mais bon maintenant c'est la phase retour et on est prêt.
Mon objectif personnel c'est juste de prendre du plaisir à jouer à ce sport que j'aime tant. Si je vais rester à Dess? .... On verra bien à la fin de la saison !
 
Merci Bateko et bonne fin... de saison justement !